La boîte à mots : le jeu

La boîte à mots, le jeu : février 2018 (consigne)

fév 2018 -
Si les mots avaient des ailes

Voici les 3 mots de février 2018 :  bible, chiner, amour

 

Envoyez-nous votre texte, nous publierons ceux qui auront retenu notre attention * sur notre site dans la rubrique la boîte à mots, le jeu  (à retourner au plus tard 2 jours avant la fin du mois  à le-jeu@silesmotsavaientdesailes.fr   nouvelle adresse).

Pour chaque texte, n’oubliez pas de préciser en première ligne : le titre et le nom de l’auteur (ou pseudo). Merci!


voir les règles du jeu ici

La boîte à mots, le jeu : janvier 2018

fév 2018 -
Si les mots avaient des ailes

Voici les 3 mots de janvier 2018 :  savourer, seul(e), objectivité


voir les règles du jeu ici


Voici les textes que nous avons reçus :


Lettre à un amant déchu (Laëtitia LIMERY)

A vous,
C’était un jeu troublant et excitant d’assister à ce dîner dans votre demeure avec cette foule d’ami, je reconnaissais là votre espièglerie.
Mais je ne me doutais pas que cette comédie était un piège pour vous afficher avec moi et exposer ainsi le secret de notre liaison.
Je vous ai vu m’observer sans retenue d’un regard ardent, vous avez savouré mon trouble, vous vous êtes délecté de ma pudeur.
A aucun moment, vous n’avez essayé de me voir seule, pour tenter une ébauche d’explication. Non, votre ambition était de m’obliger à dévoiler notre couple, même si vous saviez me mettre en danger envers ma famille, d’où mon départ précipité.

Lorsque vous lirez ses mots, la colère a fait place à la peur et l’objectivité de ma pensée est confuse, mes doux souvenirs se sont enfuis, remplacés par l’ombre sombre de vos yeux. Il ne me reste que du dégoût suite à cette horrible soirée, je préfère donc vous quitter car je n’ai plus confiance en vous.
C.


Solitude choisie (Caroline)

En toute objectivité, j’avoue, j’aime être seule, parfois.
J’aime rêver, savourer le temps pour penser à ceux que j’aime et qui ‘sont’ ma vie.
Laisser ma tête s’aventurer au hasard d’une image ou d’un souvenir.
J’aime être seule pour chanter…très fort, évacuer une émotion.
J’aime être seule pour me plonger dans la foule des grands magasins les jours de soldes, et rapporter le ‘truc’ indispensable! …qui restera dans un placard.
J’aime être seule, blottie dans un fauteuil, à la campagne, avec un bon livre dont je relis quelques passages pour mieux les savourer alors qu’à la fenêtre la bourrasque fait frapper au carreau les jolies petites roses d’un grimpant.
Il y a bien sûr des solitudes douloureuses, j’en ai connu aussi, attendant la sonnerie d’un téléphone muet.
Mais j’ai emmagasiné dans mon cœur tant de jolis moments de vie et d’amour que la solitude ne me fait pas peur.
Cette solitude j’en ai besoin ! Je ne la vois ni grise ni triste ni effrayante mais comme une parenthèse et un refuge nécessaire qui embellie la réalité matérielle de la vie courante.


L’HEURE DU BILAN (Martine Ponthieu)

Les fêtes de fin d’année terminées, les enfants sont repartis…
Recroquevillée au creux de son canapé, Clothilde se sent seule. Alors qu’elle sirote une tasse de chocolat chaud, le silence assourdissant de la pièce l’effraye. Un voile de brume assombrit ses yeux clairs.
Pourquoi cette tristesse ? Arrivée au crépuscule de sa vie, c’est en toute objectivité qu’elle retrace mentalement le bilan de son existence.
Femme libérée dans les années soixante dix, elle avait décidé d’élever seule ses deux enfants en menant, en parallèle, une carrière professionnelle enrichissante. Elle pensait avoir réalisé sa mission jusqu’à cet instant…Alors ? Pourquoi ce spleen ?
D’habitude, une fois les enfants repartis, Clothilde est heureuse de savourer sa tranquillité en s’enroulant lascivement dans son plaid douillet. Elle se sert un verre d’un bon bordeaux et se plonge dans la lecture du dernier livre acheté pour le dévorer jusque tard dans la nuit.
Pas aujourd’hui ! Le chagrin s’est invité. Des sanglots nouent sa gorge et des perles d’eau salée s’écoulent le long de ses joues émaciées. Ah ! Si elle avait été moins féministe, si elle avait accepté un compagnon, un père pour ses deux garçons… elle ne ruminerait pas sa solitude, seule dans sa grande bâtisse, aujourd’hui !
Le téléphone résonne. Elle se lève, décroche l’appareil et entend la voix joyeuse de Victor :
–    Allo Maman ! Nous sommes bien rentrés. Je viens de déposer Basile devant chez lui. Merci encore pour ce chouette Noël. Nous avons décidé de revenir te voir le week-end prochain. Tu es d’accord ?
Bien évidemment qu’elle est d’accord ! Aussitôt, un halo optimiste illumine son visage, ses larmes se tarissent, sa peine disparait et son tempérament jovial reprend le dessus. La vie reprend son cours…

 


Le discours (Colette)
Monsieur le Comte de Lademimollette a été élu maire, pratiquement à l’unanimité par les habitants de Versois, charmant village niché au creux d’un vallon verdoyant.
Il tiendrai sa petite noblesse de par sa mère, descendante d’une des favorite de Louis XIV. Cette dernière en donnant un fils au roi aurait reçu les terres et le domaine de la Faisanderie ainsi que le bourg de Versois avec le titre de comtesse.
Mais depuis quelque temps les Versoisiens ont constaté que monsieur le maire ne tenait pas ses promesses de campagne qui avaient incité beaucoup d’électeurs à votés pour lui. En effet, non seulement, il prend toutes les décisions mais oblige le conseil municipal, à les accepter. Ces derniers d’ailleurs pour la plupart sont des familiers qui lui doivent leur siège à la mairie.En fait il se conduit comme un seigneur féodal.
Seul dans son bureau, il répète le discours qu’il va dire tout à l’heure aux villageois  et savoure d’avance de voir la tête ahurie de l’assemblée à ses énoncés.
Ajustant son écharpe, se raclant la gorge, il se dirige vers la porte pour se rendre à la salle des fêtes où sont réunis et l’attendent les versoisiens.

Mes chers concitoyens.
Après délibération avec le conseil municipal et en toute objectivité nous avons décidé que :
1° – cette année, il n’y aura pas de fête pour le 14 juillet. Pas d’orchestre, pas de bal, pas de banderoles, pas de lampions, pas de défilé.
2° – le clocher de l’église qui menace de s’effondrer dès que l’on sonne les cloches, ne sera pas réparé, mais étayé.
3° – le pont qui devait enjambé la rivière permettant un raccourci du village à la gare ferroviaire restera à l’état de projet et sa construction à une date ultérieure.
4° – les locaux de l’école ne seront pas repeints, ni la façade rénovée.Chaque classe cet l’hiver aura un ancien poêle à bois en remplacement du chauffage central dont la chaudière défectueuse est mise hors service jusqu’à l’année prochaine. Les parents devront fournir le bois.
Des économies ainsi effectuées vont pouvoir servir à un proget qui me tient à cœur depuis longtemps, celui de permettre l’inauguration, sur la place de la mairie, d’ une statue équestre, pour la postérité, d’un illustre personnage « Moi » !



Nous remercions les auteurs et rappelons que les textes leur appartiennent. Toute reproduction est interdite.


 

 

La boîte à mots, le jeu : janvier 2018 (consigne)

jan 2018 -
Si les mots avaient des ailes
, , , , , ,

Nous vous souhaitons une belle année 2018

Voici les 3 mots de janvier 2018 :  savourer, seul(e), objectivité

 

Envoyez-nous votre texte, nous publierons ceux qui auront retenu notre attention * sur notre site dans la rubrique la boîte à mots, le jeu  (à retourner au plus tard 2 jours avant la fin du mois  à le-jeu@silesmotsavaientdesailes.fr   nouvelle adresse).

Pour chaque texte, n’oubliez pas de préciser en première ligne : le titre et le nom de l’auteur (ou pseudo). Merci!


voir les règles du jeu ici

La boîte à mots, le jeu : décembre 2017

jan 2018 -
Si les mots avaient des ailes

Voici les 3 mots de décembre 2017 :  RÊVE – ÉTOILE – SOYEUX


voir les règles du jeu ici


 

Voici les textes que nous avons reçus :



CONTE POUR ENFANTS SAGES (Martine Ponthieu)

Recroquevillée dans le froid céleste, une petite étoile regarde les comètes filer à toute allure en froufroutant dans la nuit.
Soudain, l’une d’entre elles la frôle si près que la petite étoile songe un instant qu’elle l’a percutée. Mais non ! Elle s’était assoupie. Ce n’était qu’un mauvais rêve.
Brusquement, un chatouillis soyeux sur l’une de ses pointes la fait éternuer. Elle aperçoit alors une minuscule forme translucide qui lisse soigneusement deux ailes posées sur ses épaules.
– Qui es-tu ? demande la petite étoile.
– Je suis une fée qui s’est égarée.
La petite étoile est surprise. Les fées existent donc vraiment !
C’est alors que surgit la Grande Ourse. Fronçant des sourcils, elle s’exclame :
– Encore toi petite fée indisciplinée ! Quand cesseras-tu de vagabonder. C’est la deuxième fois que tu te perds cette semaine ! Je vais être obligée de prévenir le Conseil Supérieur des Fées.
Penaude, la petite fée murmure :
– C’est parce que je recherche la maison du Père Noël pour lui demander de ne pas oublier un petit garçon qui habite au fond de la forêt dans une vieille cabane.
Attendrie par la petite Fée, La Grande Ourse se radoucit et répond :
– Bon ! Je ne dirai rien cette fois-ci. Dépêches toi de retrouver tes amies qui viennent de passer mon grand chariot. Tant qu’au petit garçon au fond de la forêt je suis certaine que les lutins du Père Noël l’ont inscrit sur leur liste. Il ne sera pas oublié sois tranquille.
Rassurée, la Petite Fée bat des ailes puis s’envole vers son destin alors que la petite étoile regarde, à nouveau, les comètes filer à toute allure en froufroutant dans la nuit.

______________________________________


 

La crème antirides (Susan Clot)

Elle : Tu n’as pas vu ma crème antirides? Ca m’agace. Je l’ai laissée exprès sur la paillasse hier, et maintenant elle n’y est plus. J’ai l’impression de devenir sénile.
Lui : C’est connu : quand la peau se ride, le cerveau devient lisse. C’est normal après cinquante ans.
Elle : Je n’ai pas encore cinquante ans.
Lui : Justement, ça promet. Pour ta crème, si tu parles de ce tube ratatiné marqué « Rêve Etoilé », c’est moi qui l’ai pris pour lubrifier la penne de la porte de la salle de bains. J’ai terminé le tube, alors je l’ai mis à la poubelle.
Elle : Quoi ? Ce truc a coûté une fortune. J’en avais spécialement besoin aujourd’hui car j’ai rendez-vous avec Elodie, ma copine de lycée, celle qui a la peau tellement soyeuse qu’elle fait vingt ans de moins que moi. Il faut que j’aie l’air jeune et éblouissant. Tu t’es servi de ma crème, sans me demander…comme ça ?! Mais ce n’est pas vrai ! Et la scène que tu m’as faite quand j’ai pris juste un tout petit bout de ton sparadrap spécial randonné pour le mettre sur mon ongle qui me faisait si mal.
Lui : Oui, mais tu as mal fermé la boite et tout le rouleau s’est desséché.
Elle: Je n’ai quand même pas jeté la boite à la poubelle !
Lui : Tu aurais pu. Mais ça aurait été un délit : destruction de pièces à conviction. Tu aurais été en prison.
Elle: Je t’aurais dit qu’à cinquante ans tout le monde devient sénile et que tu avais terminé ton sparadrap depuis belle lurette, voilà. Et puis toi, tu t’es bien débarrassé de mon tube.
Lui : Tu as raison. Tu devrais embaucher un avocat.
Elle: Et puis le sparadrap ça peut se partager, mais la crème, c’est personnelle. Tu n’as qu’à utiliser ma brosse à dent, ou mon baume aux lèvres pendant que tu y es.
Lui: Oui, c’est ça. La prochaine fois que la penne de la porte se coince je vais y appliquer ton baume aux lèvres avec ta brosse à dents. Je n’y aurais pas pensé.

___________________________________________


Ténèbres (Corinne P)

Je ferme les yeux,
Il surgit.
Il revient chaque matin,
Il revient chaque nuit.
Toujours le même décor,
Une noirceur sans étoile, une opacité sans lune.
Absorbé par les ténèbres, le train disparait.
Seule, abandonnée sur le quai désert,
Accablée, je pleure.
Je pleure tellement,
Je chancelle.
Dans mes mains son écharpe bleue,
Cachemire soyeux parfumé d’instants heureux.
J’y plonge mon visage.
J’inhale, désespérée l’essence d’une autre vie.
Je tombe.
Il ne reviendra plus.
Pour toujours, il est parti.
C’est fini.

Pourtant chaque jour,
Et aussi, chaque nuit,
Ce rêve me ramène près de lui,
Vers cet instant brulant où il dépose sur ma joue,
Le souffle de l’adieu.
________________________________________________


Le moment de mes rêves ( Patrice )

Il est venu un moment, lorsque je m’évadais pour des rêves où le semblable n’avait pas son pareil, et que j’économisais les bougies qui me servaient de cierge, car je priais fort le seigneur pour qu’il me vît dans la détresse et ait pitié de moi, où mes yeux ne distinguaient plus le faux du vrai.
J’étais immergé dans des songes de réussites alors que je vivais de ce que voulaient bien me donner les gens lorsque je faisais le trottoir. Il m’arrivait de vouloir pleurer mais c’était trop facile, je veux dire que les mots me manquaient pour exprimer tout mon désarroi, alors je regardais le ciel, la nuit, je regardais les étoiles et notamment : Pégase, qui me fascinait, elle qui brillait sans cesse, moi qui restait plus sombre qu’une toile de Léonard De Vinci…
Et puis un jour je rencontrais ma moitié, enfin celle qui a fait un bout de chemin avec moi.
Elle était maigre, les cheveux noirs et il lui manquait une dent au milieu de son sourire. Elle était comme moi : ne sachant où aller… Ses parents étaient décédés il y avait sept ans de cela et les huissiers ont saisi ce que le père avait laissé comme dettes de jeu, alors elle se retrouva vite en foyer… Elle était plus jeune que moi, mais on se réchauffait, on s’était trouvé, elle me faisait penser à une bohémienne et lorsqu’on faisait l’Amour, on oubliait tout, le temps n’avait plus d’espace, on se vidait de cette saleté de vie…
Et puis, un beau jour, elle me quitta mais avait laissé un billet de 500 €…
Je m’empressais de m’acheter quelques habits, de bien manger et de trouver du travail. Il ne me fallait pas plus de deux jours pour trouver un poste de plongeur dans un restaurant Courtepaille.
Au départ je m’étais mis à proximité, dans un fossé, avec des cartons pour me protéger du froid, et comme il y avait des douches au restaurant, j’en prenais une, très tôt le matin, pour qu’on ne me vît pas. En tout cas mes collègues…
Et puis je commençais à économiser pour me trouver un logement, j’avais pu signer un CDI au bout de six mois, ce qui faisait mes affaires, mais j’étais obligé de m’éloigner car les prix étaient de moins en moins chers, à mesure que mon lieu de travail disparaissait pour la campagne…
Un jour, que je me réveillais dans mes draps soyeux, je repensais à tout ça : à mon parcours pour enfin sortir la tête de l’eau… Et puis je rêvais, le nez plongé au creux de mon étoile : Pégase, elle qui m’avait soutenue, et… Je replongeais dans mon lit, des plus soyeux…

 


De profundis (Caroline)

Il était né en regardant l’étoile !
Et depuis il courait… pour l’attraper il courait…
Parfois il la frôlait, ça lui laissait un peu de poussière d’or au bout des doigts.
Son rêve c’était voler, s’évader, loin la haut, se poser sur les nuages…
A l’époque chaque week-end nous nous retrouvions entre copains, et Dieu que la fête était belle ! Pas très sérieuse mais nous étions jeunes !…
Après mille métiers et beaucoup de ténacité , il réussi à intégrer une école de l’air et fut embauché chez Brit air .
Je ne l’ai vu que rarement en uniforme avec les « guirlandes » comme il appelait les galons qui ornent les vestes et casquettes des aviateurs. Tout ce qu’il détestait !
C’était un être exceptionnel !
Ses envies et ses besoins étaient trop denses, ses désirs trop forts et sa fragilité à fleur de peau !
Le mélange était explosif assorti d’un sourire … soyeux … qui lui donnait ce charme lumineux qui ne laissait personne indifférent.
Il a bourlingué dans des endroits inconnus des touristes. L’Amérique du Sud, l’Inde, à pieds les mains dans les poches !… toujours plus loin …
La vie « filant » il s’était fait construire en montagne un chalet en rondins et laine de mouton. Pas de voisins et vue imprenable.
C’était son refuge .
Mais … devenir vieux … les petits projets … les habitudes … les petits plaisirs de l’âge … ne plus se révolter … abdiquer…
Ce n’était pas pour lui !
Il était « jeune » à vie !
Avec un éclair au bout de son fusil il est parti retrouver son étoile…
Bon voyage…

 


La lettre au Père Noël (Colette)

Cher Père Noël
Un jour, mon papa est parti pour faire un grand, grand voyage dans les étoiles. Maman m’a dit qu’il ne reviendra pas et c’est pour ça qu’elle est toujours triste. Pouvez-vous lui apporter un joli tissus soyeux pour qu’elle se fasse une belle robe? Je voudrais qu’elle soit de nouveau heureuse et qu’elle rit. Souvent je rêve de mon papa, il me manque. Avec votre traîneau dans le ciel, si vous le rencontrez, vous lui direz que je l’aime très fort et que je ne l’oublie pas.
Merci Jeannot



Nous remercions les auteurs et rappelons que les textes leur appartiennent. Toute reproduction est interdite.


 

 

 

La boîte à mots, le jeu : novembre 2017

déc 2017 -
Si les mots avaient des ailes

Voici les 3 mots de novembre 2017 :  SYNCOPÉ – FLEUR – MILLEPATTE


voir les règles du jeu ici


 

Voici les textes que nous avons reçus :



Pas de danse (Corinne Parchantour)

Tout affolé, tout afféré
Le petit mille-pattes tripote ses pattes
Il en a tant qu’il faut du temps
Pour les chausser sans se tromper.
Il se fait beau pour son aimée
Sa petite fleur couleur d’été.
C’est au concert qu’ils doivent aller
Ils aiment tant ça se déhancher
Sur les chants syncopés
De l’alouette au matin dans le pré.
Mais il faut prendre garde à ses pieds
Quand un mille-pattes si bien chaussé
Se met à danser sur des rythmes chaloupés.


Le mille-pattes (Lyse M.)

Avant de quitter l’école, pour les congés de printemps, l’institutrice de Jean avait fait un petit exposé sur la biodiversité. Puis elle avait proposé aux élèves d’observer la nature et de prendre quelques notes pendant cette période.
Au deuxième jour de ses vacances, Jean était allongé dans l’herbe haute au fond du potager de Maurice. Maurice, c’est son grand-père, avec qui il partage une belle complicité, et si quelqu’un connaît bien la nature, c’est lui : jardinier depuis cinquante ans !
Du petit Jean, on ne voit que le sommet de sa casquette rouge. Immobile et silencieux, équipé d’une loupe super grossissante, comme il dit, il scrute fasciné, le microcosme qui s’étale sous son nez. Sur un petit carnet, il transcrit consciencieusement ses observations :
Jeudi 10 avril ,11 heures 30 :
Parmi tous les insectes, seul le mille-pattes escalade la tige d’une fleur de pissenlit. Tous les autres filent sans y prêter attention. L’ascension est difficile. La tige est longue et un peu molle. Elle oscille lentement.
Il se déplace lentement, la démarche syncopée, s’arrêtant à chaque instant. Il a sans doute peur de tomber, même avec toutes les pattes qu’il a pour se cramponner.
Un peu perplexe, Jean se redresse et continue d’écrire :
-Que va-t-il faire la haut ?
-Est-ce pour se réchauffer, attirés par le jaune lumineux de la fleur ?
-Est-ce pour respirer l’air frais ?
-Est-ce pour trouver sa nourriture ?
-Est-ce pour se protéger ?

C’est la voix puissante de Maurice qui le fait sortir de ses réflexions :
« Jean, tu rentres maintenant, c’est l’heure de déjeuner ! »
Tout sourire, Jean se précipite la maison, certain que son grand-père élucidera ce mystère en répondant à toutes ses questions.


Au parfum (Gg)

Chaque nuit, dans l’immensité étoilée de la brousse africaine, un millepatte égaré tourne, tourne jusqu’au prochain matin. La journée, il vaque à ses mille occupations, non pas l’une après l’autre, mais toutes à la fois, ne consacrant pas plus d’une patte à chacune d’entre elles. C’est ainsi que pour se laver les dents il utilise la deux cent soixante septième (patte bien entendu) tandis que pour remplir sa déclaration d’impôts il ne fait confiance qu’à la quarante-troisième. Et ainsi de suite, mais il serait fastidieux de faire la liste de tout ce qu’il est capable de mener à bien. A noter que cette capacité remarquable d’ubiquité maximum, sans faire de lui l’égal d’un Dieu, lui donne toutefois un avantage considérable sur notre pauvre humanité, surtout dans sa moitié mâle, la partie femelle montrant des dispositions naturelles nettement plus avancées dans ce domaine. Mais revenons à notre millepatte et interrogeons-nous sur l’égarement nocturne de notre myriapode. L’absence, ou plutôt la dispersion de la lumière en une infinité de points pourrait être une piste, mais des expériences récentes, menées par des chercheurs émérites a montré, sans aucune ambiguïté, que le millepatte ne possède que deux sens, l’odorat et le toucher. Alors, il faut se rendre à l’évidence. La chute énorme, durant la nuit, de la température dans les régions tropicales du continent africain provoque un effet paralysant sur l’exhalation des parfums floraux, remplissant notre millepatte de trouble au point, et c’est là un élément déterminant de notre démonstration, de lui faire adopter, à la tombée de la nuit, un rythme syncopé en se mettant à marcher l’amble. Imaginez un peu, cinq cent pattes à droite qui se lèvent en même temps suivies de cinq cent à gauche, il faut vraiment se tortiller pour réaliser cet exploit. Mais me direz-vous, pourquoi ne reste-telle pas tranquille à se reposer la nuit, cette créature extraordinaire. La réponse est à la fois attendrissante et banale. L’Amour. Oui l’Amour avec un A triple majuscule, l’Amour mille fois. Jadis, durant une fin de journée automnale, en revenant du supermarché des millepatte, il a croisé un miracle de mille parfums divins. Cela a éveillé en lui un sentiment magique au point que, sans relâche, il recherche la créature qui lui en est à l’origine. Une fleur à n’en pas douter, mais une fleur sublime qui possède au moins autant de charmes olfactifs que lui a de pattes.


L’étrange animal (Martine)

Le printemps s’éveille après un long sommeil. Un millepatte surgit d’une fleur flamboyante.
Encore syncopé par son hivernation, il s’étire lentement, se frotte les yeux mais est brutalement désorienté devant le nombre important de ses membres inférieurs.
–    Que m’arrive-t-il ? Pourquoi toutes ces pattes ?
Intrigué par son anatomie, il n’a pas entendu une pie moqueuse voltiger au-dessus de lui. Soudain, la diablesse l’interpelle :
–    Que tu es bizarre avec toutes tes pattes ! Dans quel ordre marches-tu lorsque tu te déplaces.
Froissé, le millepatte ignore la moqueuse et s’enroule au fond de sa corolle. Il replie ses nombreuses pattes, les unes après les autres, sous son frêle corps. Fatiguée d’attendre une réponse ne venant pas, la jacasseuse s’envole à tire d’aile pour trouver une nouvelle cible sur laquelle jeter son fiel.
De nouveau seul, le millepatte ose déplier ses pattes. Les rayons du soleil câlinent sa peau. Une douce torpeur l’envahit. Il se laisse aller à la sérénité du moment présent, bien installé dans le giron de son amie la rose. Qu’importe le nombre de ses pattes !


J’ai un caillou dans mon soulier… (Colette)

Ce matin monsieur  Millepatte a du mal à se réveiller. Ses yeux ne sont pas en face des trous , ses antennes entremêlées et surtout un mal de tête épouvantable. Maintenant il se souvient :
–    Oh ! La, la, quelle soirée ! Mais où ai-je bien pu mettre cette chaussure ?
–    Vous cherchez quelque chose ?
Lui demande monsieur Escargot qui passait près de chez lui.
–    Oui ! Je ne retrouve pas une de mes chaussure !
–    En rentrant hier soir vous les aviez toutes ?
–    Et bien, ma foi, je n’en sais trop rien ? Ce dont je me souviens, c’est que j’ai dîner sous le mûrier et pour revenir chez moi j’ai pris le « sentier des limaces ». Et, là, une rose m’a invité à venir passer la soirée avec elle. Je me suis enivre de son parfum au point d’en être un peu pompette. C’est en partant que je me suis rendu compte que j’avais un caillou dans un de mes soulier. Lequel ? Difficile à dire ! Alors je les ai tous retiré pour les secouer et c’est sûrement là que j’ai dû en dû en oublier un.
–    Vous vous rappelez sous quel rosier ?
–    Pas vraiment, mais je reconnaîtrais son parfum entre mille !
–    Alors qu’attendez-vous pour y retourner ?
D’un pas syncopé, monsieur Millepatte part à la recherche de sa chaussure. Au bout du chemin, il est stoppé par une nuée d’abeilles et de papillons. Il s’informe de la situation.
–    Regardez le jardin du presbytère dans quel état il se trouve, plus une fleur, plus une rose ! Nous allons tous mourir de faim !
–    Pourtant, mademoiselle Gertrude, la bonne du curé prend bien soin de ses massifs fleuris. Qui a bien pu faire un tel vandalisme ?
C’est alors qu’un gros bourdon poilu arrive à tire-d’aile et leur donne quelques explications :
–    Aujourd’hui, au village, c’est la fête des fleurs et un corso va défiler dans les rues. C’est pour décorer le char de la reine que mademoiselle Gertrude a coupé toutes les roses. Il va falloir attendre bien longtemps avant que d’autres n’écloses. Nous devons envisager d’aller dans les champs voisins butiner
Et d’un commun envol, tous s’éparpillent joyeusement.
–    Alors ! Et moi, comment je fais pour retrouver ma chaussure ?


Vérification (Caroline)

Aaaahhr… je baille… je baille… et je m’ennuie…
Le menton appuyé sur mes bras repliés , posés sur la planche de mon petit bureau d’écoliere je machouille la queue d’une fleur innocente et … je m’ennuie…
Il fait lourd et chaud…
Le temps s’écoule lentement…..longues minutes rythmées par le battement syncope du balancier de la vieille pendule , qui n’en peut plus de ses vieux rouages grippés … usés .
L’après-midi s’allonge … rien ne se passe … même ma fleur n’a plus de goût !
Soudain passe devant mes yeux éteints un millepatte ! Sorti de nulle part !
Alors toi ‘ mon gaillard ‘ tu vas me tirer de cet ennui léthargique dans lequel je m’enlise !
Emprisonné sous un verre à large bord , te voilà coincé !
Je vais enfin savoir si tu n’es qu’un ventard prétentieux ou si tu as réellement mille pattes !
Ne bouges pas , je compte !
Une patte …deux pattes ….trois pattes ……..quinze pattes …..trente huit pattes …….cent vingt-sept pattes …….deux ..cent quarananante ………..rr …..rr …..rr………….


Seul (Elisa M. Poggio)

Personne ne l’a surpris avant la tombée de la nuit. Seul il danse, sur un rythme syncopé. La piste de danse est la limite de son univers le temps d’une salsa. Rien ne le perturbe, ni vent, ni pluie, ni même les étoiles, à la lumière d’un autre temps. Au sommet de sa feuille, froissant la fleur du fracas de ses pas, le mille-patte tourbillonne. Il chasse la poussière. Il danse seul. »

____________________________________________________________________________

Le thé dansant (Susan)

Le thé dansant est l’événement du mois pour Odile et Raymonde, deux copines de longue date qui vivent dans le village d’Aulan depuis toujours. Elles étaient ensemble à la maternelle. Elles étaient ensemble au bord de la route nationale quand les soldats américains sont passés. Elles ont échangé leurs secrets, assisté à leurs mariages respectifs et aux naissances de leurs enfants : huit en tout, si l’on compte le fils d’Odile mort à la naissance. Leurs maris sont décédés à quelques années d’intervalle; celui de Raymonde dans un accident de tracteur, tué sur le coup. Celui d’Odile d’un cancer des poumons qui a duré longtemps. Les deux copines se sont toujours épaulées, et maintenant, à l’âge de 86 ans, elles se fréquentent toujours, parfois pour prendre le thé chez l’une ou chez l’autre, ou pour faire une petite balade autour du village, même si la démarche d’Odile est un peu branlante et les ralentit beaucoup. Raymonde a un beau jardin, entretenu par son fils. Elle adore les fleurs, surtout les roses, et en offre toujours des bouquets somptueux à Odile à la belle saison. Tout le petit habitat d’Odile s’embaume d’un parfum capiteux et sensuel qui remplace ponctuellement l’odeur habituelle de soupe au chou et de gâteau. C’est une belle amitié, et les deux copines sont conscientes du fait que leur vieillesse est paisible et sereine, entourée d’amis et de famille. Une fois par mois, le dimanche après midi, elles se rendent au centre culturel du village pour participer au thé dansant, afin de profiter de l’animation et retrouver d’autres « anciens ». Bien sûr l’ambiance y est parfois un peu bruyante mais en général la musique est douce et calme, sans les désagréables « boums, boums » et rythmes syncopés qu’affectionne la jeunesse. Raymonde s’offre parfois une petite tour de piste avec Germain pendant Odile rigole doucement dans son coin et lui fait des clins d’œil lorsque le couple passe près d’elle. Germain est un vieux de la vielle, bien plus âgé que les deux copines. Mais il est en pleine forme et toujours très séducteur. Dans sa jeunesse on l’avait surnommé «monsieur millepattes », ou « la pieuvre » à cause de son inclination à d’importuner les filles avec ses mains baladeuses. Actuellement il est plutôt inoffensif, et ses fameuses « pattes »sont percluses de rhumatismes. Vers 17 h les festivités se terminent et les deux copines rentrent chez elles, épuisées mais certaines de pouvoir nourrir le mois à venir de commérages et de rigolades.


Troutrou : voyage à Moscou (Eleni)

Ce matin-là, comme à son habitude Sprinter le millepatte est juché sur son poste d’observation : une énorme fleur de tournesol. Il aime à cancaner. Et de là-haut il guette tout ce qui se passe alentour, pour être informé le premier. Survient Troutrou, son amie la mite.

–    Eh ! Voici notre amie Troutrou de retour. Alors, ce voyage en Russie ?
–    Oh, figures-toi, j’ai voyagé en première classe, dans le pull cachemire de madame Bourdaloux !
–    Ah bon ? Madame Bourdaloux la boulangère ?
–    Comment, mais tu n’es pas au courant ? Moi et mes consœurs avons entièrement infesté leur stock de farine au fournil.
–    En effet cela aura échappé à mes oreilles pourtant le plus souvent si vigilantes.
–    Rends-toi compte, ils ont dû fermer boutique ! Vacances forcées, pour cause de désinsectisation totale. Un vrai carnage pour nous. Je dois être l’une des rares rescapées …
–    Tu as perdu de la famille ?
–    Oui, une cousine, enfin une lointaine cousine, mais tout de même !
–    Toutes mes condoléances ma chère Troutrou. J’ai maintenant moins le cœur à t’interviewer sur ce voyage.
–    Aller si, cela me changera les idées.
–    Comment c’était alors ?
–    Très froid et neigeux. En plus j’avais oublié mes moufles et mon écharpe alors je suis restée le plus possible au chaud, dans le pull cachemire de la boulangère. Mais j’ai pratiqué une petite ouverture dans les mailles, ce qui m’a permis de tout de même voir du pays.
–    Tu étais à la ville ou à la campagne ?
–    La campagne ? Penses-tu ! J’étais à Moscou, oui monsieur, Moscou, la capitale ! Avec son magnifique palais du Kremlin, ses églises aux bulbes dorés et les gens bien emmitouflés dans leur chapka en fourrure, marchant d’un bon pas pour braver le froid.
–    Tu t’es fait des connaissances ?
–    Tu ne crois pas si bien dire ! Madame Bourdaloux et son boulanger de mari se sont un soir rendus dans une taverne pour y voir un spectacle de danses typiques du pays. L’ambiance surchauffée du lieu lui a bien vite fait enlever le pull cachemire qui m’abritait.
–    Viens-en aux faits, je ne comprends rien.
–    J’y arrive. J’ai tout d’abord paniqué, comme tu peux t’en douter. Au cas où elle oubliait de récupérer son vêtement avant de partir, je me voyais déjà condamnée à finir mes jours en Russie. D’un autre côté, le stock moyen de vêtement en laine par habitant aurait pour moi écarté tout risque de mise au chômage. Bref, quelle n’a pas été ma surprise, de m’entendre interpellée dans un français assez approximatif, par une belle voix masculine venant de ma droite.
–    C’était qui ? Cesse de me faire lanterner !
–    Un superbe mâle mite.
–    Tu es sérieuse ?
–    Oui, comme je te le dis ! Mon pull cachemire s’était trouvé déposé près d’un col en zibeline d’où a surgi ce beau charmeur.
–    Il a l’air de t’avoir tapé dans l’œil dis-donc.
–    Tu penses : il portait des bottes en cuir noire, un pantalon bouffant resserré à la taille par une large ceinture brodée et un gilet en vison.
–    Et qu’est-ce qu’il a bien pu te dire dans son français approximatif ?
–    Il m’a dit : « Je connais pas vous mais une danse ? »
–    Et tu as accepté ?
–    On a qu’une vie, alors oui, j’ai accepté. Et maintenant, je sais danser le casatchok.
–    Tu ne m’apprendrais pas Troutrou ?

Et ni une ni deux, voici Sprinter notre millepatte qui descend de sa fleur de tournesol pour entamer au bras de son amie Troutrou la mite, une danse pour le moins syncopée. Car si celle-ci a, en pays soviétique, acquis la pratique, lui est au contraire grand débutant et toujours à contre-temps. Tous deux ne pouvant s’accorder, partent d’un grand fou-rire qui achève de dissocier les mille membres du pauvre Sprinter.


Un chaos syncopé (Patrice)

Dans un chaos syncopé
Elixir de malaise et chahuté
Je vois des remontrances que tu me fais
Finir en deuil, son sens et par une fée.

Je mendie les apôtres
Et que m’apportent les autres :
Fins gourmets de sentences buccales
Ils sont les rois dans leurs coquilles nuptiales,

Ils font et défont les âmes
Qui se livrent au prieuré du salut
Alors que des milliers de blâmes
A envier les livres non lus
Ont été froissés, sous le son des fleurs.

Une fleur qui par mittence sonne le glas,
De tous les repas auxquels on assistera
Pour faire une moitié de charme improvisé
Sous le soleil épanouit mais mordoré.

Peut-être ces temps-ci se sont aseptisés
Au fin fond d’une ambiance aqua fraîche
Nous pourrions nous démenés comme des flèches
Assis mais non pas colonisés,

Et c’est bien ma chance
Car j’ai du mal à m’imaginer en millepatte
Frôlant les murs de la désertification
Comme les gens font pour la décalcification
Et qui trouvent que les choses les épatent
Loin bien loin de toutes remontrances.

Car j’ai acquis la certitude
Que le long de toutes servitudes
Ne sert que les lointains problèmes
Qui font que nos joues sont blêmes.

Et puis la force de cette expertise
Qui vient du fond de la chance syncopée
En milliers de fractures qui se sont coupées
Au contact de cette furie qu’on attise,
Sonne le trauma d’orgueil
Qu’une fleur voudra éclaircir
Au milieu de briques de deuil
Et d’un millepatte couvert de cire.

Si j’enchante le foin
Et que viennent les paysans des confins
Il me faudra leur dire que la guerre
Est la plus proche à venir que naguère,
Et bien loin des fils d’Ariane
Qui viendront repeuplés les monts de l’ennui
Ouvertes et sans cesse diaphanes
Seront les hommes désunis.


 



Nous remercions les auteurs et rappelons que les textes leur appartiennent. Toute reproduction est interdite.


la boîte à mots, le jeu : octobre 2017

oct 2017 -
Si les mots avaient des ailes

Voici les 3 mots de octobre 2017 :  ÉPINE – FRIMAS – PARFUM


voir les règles du jeu ici


 

Voici les textes que nous avons reçus :



 La Belle Endormie (Colette Kirk)

Pendant l’hiver et ses frimas
Tombe la neige sur mon toit.
Mais quand s’achèvera le froid
Changera le panorama.
Dès que le printemps reviendra,
Regardez bien, on l’aperçoit.
Pendant l’hiver et ses frimas
Tombe la neige sur mon toit.
Que déjà change le climat
De ce beau pays Québécois
Où rose sans épine croît.
Parfum gardant l’anonymat
Pendant l’hiver et ses frimas.


LA RENCONTRE (Martine)

Le froid cristallise les platanes et leurs branches décharnées sont tapissées d’un givre immaculé. Un parfum hivernal a envahi l’atmosphère. Les frimas de l’hiver qui se sont invités pour quelques mois !
– Aie !
Adrienne vient de chuter sur une plaque de verglas. Légèrement groggy,  elle peine à se relever empêtré dans son duffle coat. Une voix profonde retentit alors derrière elle :
–    Permettez ! Je vais vous aider à vous relever.
Gênée, elle détourne la tête et

Read More…

la boîte à mots, le jeu : septembre 2017

oct 2017 -
Si les mots avaient des ailes

Voici les 3 mots de septembre 2017 :  ESPOIR – VERT – PLUME


voir les règles du jeu ici


 

Voici les textes que nous avons reçus :



 

Retour à Tialanta (Susan)

Me voilà de retour à Tialanta après cinq ans d’absence. Tialanta, à trois heures de piste de la plus proche métropole, est accessible uniquement pendant la saison sèche. Mon métier m’oblige à parcourir le monde entier et à séjourner dans les plus grandes villes de la planète. J’ai donc peu de temps libre pour faire une virée dans les montagnes, même pour aller « chez moi ». Aujourd’hui je viens pour aider ma mère à fermer définitivement sa maison et descendre dans la vallée vivre à côté de ma sœur ainée. La vie à Tialanta est devenue trop difficile pour ce petit bout de femme de quatre-vingt dix ans. La lumière étincelle à travers les feuilles encore vertes malgré l’approche de l’automne. En dépit de la fraicheur ambiante le soleil me réchauffe le corps et caresse ma peau. Le ciel bleu cobalt, pur et lumineux, témoin de l’absence tout pollution. Je réalise que j’ai oublié mes lunettes filtrantes. Ma mère nous attend sur le pas de la porte. Les cartons contenant ses maigres affaires sont bien ficelés devant la petite maison. Tout entrera sans difficulté dans la camionnette louée pour l’occasion par mon frère. Elle porte sa robe de coton gris transparent, tellement usée par des lavages répétés qu’elle ondule dans le vent, légère comme une plume. Quelques vieilles dames sont venues lui dire adieu. Elles l’embrassent solennellement et me saluent d’un geste de la tête. J’en reconnais certaines. Certaines ne sont pas là. Mortes ou déjà parties dans la vallée…je ne sais pas. Nous montons dans la voiture, ma mère derrière, entourée de ses cartons, reliquats de sa vie passée. Je m’installe à côté de mon frère. Nous partons sans un regard en arrière. Je suis pressée car je dois être à New York demain pour une séance photo.


(Corinne P.)

Décor sinueux
Vert comme l’espoir
Plume de canard


Les Marches de L’Espoir (Patrice)

J’ai grandi dans l’Espoir –
L’Espoir de voir aussi loin que le ciel,
L’Espoir de voir par milliers mes idées, mêlées à du fiel –
Cette idée de s’enfoncer dans le noir…

Read More…

la boîte à mots, le jeu : août 2017

août 2017 -
Si les mots avaient des ailes
, , , , , ,

Voici les 5 mots d’août 2017 :  CURIEUX – SOLEIL – NUIT     (NACRÉ – ALOUETTE)


voir les règles du jeu ici



Voici les textes que nous avons reçus :


Panne (Caroline)

C’est curieux ;  le soleil brille en pleine nuit !!!
Il a du se tromper d’heure… ou son réveil est tombé en panne !


Alouette  (Corinne P.)

Sur mes bouclettes une casquette
Equipé d’ ma grande lorgnette
Curieux, j’pars épier l’alouette
Parait qu’son chant stimule l’amourette.

La nuit arrive en doucette
Fin d’ soleil sur la girouette
Au garage ma bicyclette
Du repos pour les gambettes.

Un p’tit verre nacré d’anisette
Une bonne soupe dans mon assiette
Une galipette sous la couette
Avec la Georgette irrésistible en nuisette.

Dimanche dernier, sa cousine Lisette
Qui vend des galettes dans sa camionnette
M’a dit en cachette, au marché d’Alette
Qu’elle aussi voulait connaître, le chant de l’alouette…


LA FEERIE DE L’ARMADA (Martine P.)

La nuit s’est estompée. Un timide soleil éclaire les rochers nacrés d’humidité en cette heure matutinale.
Juché sur les épaules de son père, Arthur interpelle les mouettes rieuses qui tournoient au-dessus de sa tête et chante à tue-tête : « Alouette, gentille alouette, alouette je te plumerai… ».
Tout à coup, l’enfant pointe son index vers l’horizon et crie à son père :
–    Papa ! Les voilà ! Ils arrivent…

Read More…

la boîte à mots, le jeu : juillet 2017

août 2017 -
Si les mots avaient des ailes
, , , , , ,

Les mots proposés pour notre jeu de juillet 2017:  « LAC TURQUOISE » – GARÇON – DENTELLE     (PIROUETTE – MONTAGE)

voir les règles du jeu ici
Voici les textes que nous avons reçus



 

Désespoir  (Caroline)

Pauvre garçon tu pleures
Et tu te souviens d’elle,
Du temps passé… des heures…
Du vol des hirondelles.

Tu voyais l’avenir ouvert en arc en ciel ,
L’aura de son sourire, ça te donnait des ailes !
Ton ciel était si bleu, ta vie si lumineuse…
( au diable les envieux )
elle était radieuse !…

Elle t’a quitté sans peine.
Tu voudrais qu’elle revienne…

Sur le long Lac turquoise, tu vas , mordant ta peine…

Elle est lourde l’ardoise que t’a laissé  La Belle !
Et que te reste t’il ?
Son mouchoir de dentelle…

Pauvre garçon tu pleures…


INSTANT DE SÉRÉNITÉ (Martine)
Ugolin est assis sur le bord du parapet. Il contemple le lac turquoise qui s’étend devant lui. Ah ! S’il pouvait marcher sur l’eau ! Une belle dentelle d’écume blanche ondule sous la caresse du vent estival.
Soudain, un cri aigu l’interpelle. Une mouette rieuse tournoie au-dessus de lui. D’une pirouette, elle vient malicieusement se poser près de lui. Ravit, l’enfant lui sourit. La mouette le fixe de ses grands yeux ronds puis émet un « kreu » sonore avant de s’envoler vers un massif de plantain.
–    Attends-moi ! crie Ugolin.

Read More…

la boîte à mots, le jeu : juin 2017 – textes

juil 2017 -
Si les mots avaient des ailes
, , , , , ,

Les mots proposés pour notre jeu de juin 2017:  SECRET – TERRE – AVEU
voir les règles du jeu ici
Voici les textes que nous avons reçus


 

CHUT  (Caroline)

Je vais vous faire un aveu.
Je possède un secret.
Un gros secret !
Il est tendre et lumineux
Il me remplie de joie
Il me pousse en avant
Il me coupe le souffle
Parfois mes pieds ne touchent  plus terre
J’ai le coeur qui s’ebouriffe et les paupières humides , des papillons dansent dans mon ventre ……
Le soleil ne brille que pour moi !
OUF !!
Il me brûle les lèvres… mais je ne peux rien vous dire car… c’est un secret…


Magma originel (Gg)

Dans le magma originel, bien au-delà de la caverne de Platon, un ours polaire, égaré par mystère dans ce milieu inhospitalier, se gratte le dos à l’aide d’une branche de marronnier. Branche qu’il a arrachée à la Venus de Milo qui venait à passer. Exploit certes, mais à relativiser, lorsque l’on sait que cette beauté du monde céleste a perdu ses bras dans des conditions invraisemblables que je vais vous conter derechef.

Read More…