Archives du mois : février 2018

La boîte à mots, le jeu : février 2018 (consigne)

fév 2018 -
Si les mots avaient des ailes

Voici les 3 mots de février 2018 :  bible, chiner, amour

 

Envoyez-nous votre texte, nous publierons ceux qui auront retenu notre attention * sur notre site dans la rubrique la boîte à mots, le jeu  (à retourner au plus tard 2 jours avant la fin du mois  à le-jeu@silesmotsavaientdesailes.fr   nouvelle adresse).

Pour chaque texte, n’oubliez pas de préciser en première ligne : le titre et le nom de l’auteur (ou pseudo). Merci!


voir les règles du jeu ici

La boîte à mots, le jeu : janvier 2018

fév 2018 -
Si les mots avaient des ailes

Voici les 3 mots de janvier 2018 :  savourer, seul(e), objectivité


voir les règles du jeu ici


Voici les textes que nous avons reçus :


Lettre à un amant déchu (Laëtitia LIMERY)

A vous,
C’était un jeu troublant et excitant d’assister à ce dîner dans votre demeure avec cette foule d’ami, je reconnaissais là votre espièglerie.
Mais je ne me doutais pas que cette comédie était un piège pour vous afficher avec moi et exposer ainsi le secret de notre liaison.
Je vous ai vu m’observer sans retenue d’un regard ardent, vous avez savouré mon trouble, vous vous êtes délecté de ma pudeur.
A aucun moment, vous n’avez essayé de me voir seule, pour tenter une ébauche d’explication. Non, votre ambition était de m’obliger à dévoiler notre couple, même si vous saviez me mettre en danger envers ma famille, d’où mon départ précipité.

Lorsque vous lirez ses mots, la colère a fait place à la peur et l’objectivité de ma pensée est confuse, mes doux souvenirs se sont enfuis, remplacés par l’ombre sombre de vos yeux. Il ne me reste que du dégoût suite à cette horrible soirée, je préfère donc vous quitter car je n’ai plus confiance en vous.
C.


Solitude choisie (Caroline)

En toute objectivité, j’avoue, j’aime être seule, parfois.
J’aime rêver, savourer le temps pour penser à ceux que j’aime et qui ‘sont’ ma vie.
Laisser ma tête s’aventurer au hasard d’une image ou d’un souvenir.
J’aime être seule pour chanter…très fort, évacuer une émotion.
J’aime être seule pour me plonger dans la foule des grands magasins les jours de soldes, et rapporter le ‘truc’ indispensable! …qui restera dans un placard.
J’aime être seule, blottie dans un fauteuil, à la campagne, avec un bon livre dont je relis quelques passages pour mieux les savourer alors qu’à la fenêtre la bourrasque fait frapper au carreau les jolies petites roses d’un grimpant.
Il y a bien sûr des solitudes douloureuses, j’en ai connu aussi, attendant la sonnerie d’un téléphone muet.
Mais j’ai emmagasiné dans mon cœur tant de jolis moments de vie et d’amour que la solitude ne me fait pas peur.
Cette solitude j’en ai besoin ! Je ne la vois ni grise ni triste ni effrayante mais comme une parenthèse et un refuge nécessaire qui embellie la réalité matérielle de la vie courante.


L’HEURE DU BILAN (Martine Ponthieu)

Les fêtes de fin d’année terminées, les enfants sont repartis…
Recroquevillée au creux de son canapé, Clothilde se sent seule. Alors qu’elle sirote une tasse de chocolat chaud, le silence assourdissant de la pièce l’effraye. Un voile de brume assombrit ses yeux clairs.
Pourquoi cette tristesse ? Arrivée au crépuscule de sa vie, c’est en toute objectivité qu’elle retrace mentalement le bilan de son existence.
Femme libérée dans les années soixante dix, elle avait décidé d’élever seule ses deux enfants en menant, en parallèle, une carrière professionnelle enrichissante. Elle pensait avoir réalisé sa mission jusqu’à cet instant…Alors ? Pourquoi ce spleen ?
D’habitude, une fois les enfants repartis, Clothilde est heureuse de savourer sa tranquillité en s’enroulant lascivement dans son plaid douillet. Elle se sert un verre d’un bon bordeaux et se plonge dans la lecture du dernier livre acheté pour le dévorer jusque tard dans la nuit.
Pas aujourd’hui ! Le chagrin s’est invité. Des sanglots nouent sa gorge et des perles d’eau salée s’écoulent le long de ses joues émaciées. Ah ! Si elle avait été moins féministe, si elle avait accepté un compagnon, un père pour ses deux garçons… elle ne ruminerait pas sa solitude, seule dans sa grande bâtisse, aujourd’hui !
Le téléphone résonne. Elle se lève, décroche l’appareil et entend la voix joyeuse de Victor :
–    Allo Maman ! Nous sommes bien rentrés. Je viens de déposer Basile devant chez lui. Merci encore pour ce chouette Noël. Nous avons décidé de revenir te voir le week-end prochain. Tu es d’accord ?
Bien évidemment qu’elle est d’accord ! Aussitôt, un halo optimiste illumine son visage, ses larmes se tarissent, sa peine disparait et son tempérament jovial reprend le dessus. La vie reprend son cours…

 


Le discours (Colette)
Monsieur le Comte de Lademimollette a été élu maire, pratiquement à l’unanimité par les habitants de Versois, charmant village niché au creux d’un vallon verdoyant.
Il tiendrai sa petite noblesse de par sa mère, descendante d’une des favorite de Louis XIV. Cette dernière en donnant un fils au roi aurait reçu les terres et le domaine de la Faisanderie ainsi que le bourg de Versois avec le titre de comtesse.
Mais depuis quelque temps les Versoisiens ont constaté que monsieur le maire ne tenait pas ses promesses de campagne qui avaient incité beaucoup d’électeurs à votés pour lui. En effet, non seulement, il prend toutes les décisions mais oblige le conseil municipal, à les accepter. Ces derniers d’ailleurs pour la plupart sont des familiers qui lui doivent leur siège à la mairie.En fait il se conduit comme un seigneur féodal.
Seul dans son bureau, il répète le discours qu’il va dire tout à l’heure aux villageois  et savoure d’avance de voir la tête ahurie de l’assemblée à ses énoncés.
Ajustant son écharpe, se raclant la gorge, il se dirige vers la porte pour se rendre à la salle des fêtes où sont réunis et l’attendent les versoisiens.

Mes chers concitoyens.
Après délibération avec le conseil municipal et en toute objectivité nous avons décidé que :
1° – cette année, il n’y aura pas de fête pour le 14 juillet. Pas d’orchestre, pas de bal, pas de banderoles, pas de lampions, pas de défilé.
2° – le clocher de l’église qui menace de s’effondrer dès que l’on sonne les cloches, ne sera pas réparé, mais étayé.
3° – le pont qui devait enjambé la rivière permettant un raccourci du village à la gare ferroviaire restera à l’état de projet et sa construction à une date ultérieure.
4° – les locaux de l’école ne seront pas repeints, ni la façade rénovée.Chaque classe cet l’hiver aura un ancien poêle à bois en remplacement du chauffage central dont la chaudière défectueuse est mise hors service jusqu’à l’année prochaine. Les parents devront fournir le bois.
Des économies ainsi effectuées vont pouvoir servir à un proget qui me tient à cœur depuis longtemps, celui de permettre l’inauguration, sur la place de la mairie, d’ une statue équestre, pour la postérité, d’un illustre personnage « Moi » !



Nous remercions les auteurs et rappelons que les textes leur appartiennent. Toute reproduction est interdite.