Author Archives: Si les mots avaient des ailes

Stage « écrire un conte » janvier – février 2020

nov 2019 -
Si les mots avaient des ailes

Après le succès du stage « écrire un conte» organisé chaque année depuis 2017, l’association « Si les mots avaient des ailes vous propose :

contes-2019-20

Découvrir l’univers du conte
Stimuler sa créativité

Programme :
Jour 1
– Écouter un conte
– Le restituer dans son oralité
– Découvrir sa structure
– Passer de l’oral à l’écrit en inventant une histoire par étapes

Jour 2
– Étudier les formules de début et de fin
– Travailler sur le rythme
– Respecter la cohérence du récit et du message

Jour 3
– Aboutir à un texte personnel

L’atelier se déroule sur trois journées,

dimanche 12 janvier, dimanche 26 janvier et samedi 8 février 2020

de 9h 30 à 16h30

avec une pause d’une heure pour le déjeuner.

Cet atelier s’adresse à tous, adhérents et non adhérents de l’association « Si les mots avaient des ailes ». Le groupe ne pourra dépasser 12 inscrits et s’ouvrira à partir de 8 inscrits.
Tarifs : 105€ pour les adhérents de « Si les mots avaient des ailes »/ 120€ pour les non adhérents

Paiement en plusieurs fois fois possible.

Animatrice : Agnès Soulez Larivière, conteuse, animatrice d’ateliers d’écriture et auteur jeunesse.

Pour Agnès, la forme narrative du conte est structurante puisqu’elle recèle tous les ingrédients d’une histoire bien construite. Et oui, tout conte est une enquête qui commence,  un vœu à réaliser … mais avec les obstacles, les épreuves qu’il faut franchir pour aboutir à une situation finale. Écrire un conte peut  donc nous aider pour écrire toutes sortes d’histoires puisque nous aurons, grâce à ce stage, balisé  les bases du récit. 

Salle : Ariane salle 101 (1 bis place de l’Europe, Vélizy).
Accès : 300 m de la station du tram T6 -INOVEL PARC NORD

sur inscription :
contact@silesmotsavaientdesailes.fr
téléphone : 07 83 680 628

Stage « carnet de voyage » mars 2020, en résidentiel au bord de la mer

nov 2019 -
Si les mots avaient des ailes

Stage « carnet de voyage », à Houlgate

 

Le carnet de voyage est à la fois un genre littéraire et plastique, une œuvre esthétique, que l’on a autant plaisir à lire qu’à regarder.

En conséquence il  demande du temps pour sa réalisation. C’est pour cela que le stage est prévu sur une durée de 7 jours pleins en résidentiel dont 6 jours d’activité afin que vous puissiez y consacrer tout le temps nécessaire.

Ce carnet sera l’espace personnel que vous construirez pour mettre en mémoire le récit de votre voyage choisi, fixer la trace des instants éphémères vécus, en revivre les émotions et les transmettre.

Ce stage est envisagé comme un accompagnement collectif et individuel à la réalisation d’un carnet de voyage personnel, il sera animé par Jane Daigne.

 

Informations pratiques :

organisateur : association « si les mots avaient des ailes »

dates : samedi 14 mars 17h au samedi 21 mars 2020 après le déjeuner.

CPCV

Lieu : CPCV à Houlgate  (voir ici www.cpcvnormandie.fr), qui se trouve à 50 mètres de la plage et tout près à pied de la jolie station balnéaire d’Houlgate.

CPCV d’Houlgate :
4 passage évangélique
14510 HOULGATE

Nous serons accueillis au centre de vacances du CPCV  pour l’hébergement (chambres partagées), les repas (pension complète) et l’activité elle-même (la salle de réunion pouvant accueillir 50 personnes nous sera réservée tout le temps de notre séjour).

Tarif :

  • 600€ tout compris (stage, hébergement en pension complète en chambres partagées). Paiement échelonné possible.
  • Adhésion à « si les mots avaient des ailes » demandée : 30€

Nombre de stagiaires : 12 maximum

Animatrice : Jane Daigne

Programme complet : sur simple demande

Vous êtes intéressé.e ? Contactez nous très vite pour avoir plus d’informations  pratiques et vous inscrire.

Clôture des inscriptions : samedi 7 décembre 2019

Et en attendant pour réjouir vos yeux et vivifier votre créativité, programmez donc si vous le pouvez une petite escapade aux « Rendez-vous du Carnet de Voyage » de Clermont Ferrand les 15-16-17 novembre 2019… Émerveillements garantis.

https://www.rendezvous-carnetdevoyage.com/infos-pratiques/

 

 

Écrire vous tente ?

sept 2019 -
Si les mots avaient des ailes

Écrire vous tente ?
marie-seule

Et si cette année vous choisissiez l’écriture ? Vous aimeriez libérer votre plume mais vous n’osez pas…   Ici pas d’évaluation (les stylos rouges sont interdits) mais des animatrices bienveillantes qui ont pour mission de vous lancer dans l’écriture, de révéler votre créativité, qui écoutent et respectent tous les styles.

Jeune ou mature, timide crayon débutant ou stylo passionné, néophyte ou futur prix littéraire, notre atelier d’écriture vous plaira ! Nous serons ravis de vous accueillir pour partager nos écrits en petits groupes dans une grande convivialité.

De nombreuses animations sont également proposées tout au long de l’année (goûter lecture, sorties culturelles…) ainsi que des ateliers ponctuels et de nombreux stages aux thèmes variés (conte, nouvelle, carnet de voyage…)

N’hésitez plus, Contactez-nous !

 

« Si les mots avaient des ailes », propose des ateliers d’écriture créative  bi-mensuels à Vélizy.

 

Ateliers réguliers (bimensuels – 15 séances/an) :

  • Ateliers du mardi après-midi : de 14 h à 16 h 30 (animés par Hélène Peyrard)
  • Ateliers du jeudi soir semaine impaires: de 19 h 45 à 22 h 15 (animés par Jane Daigne )
  • Ateliers du jeudi soir semaine paires: de 19 h 45 à 22 h 15 (animés par Agnès Soulez Larivière)
  • Ateliers du samedi matin : 10h-12h30 (animés par Agnès Soulez Larivière)

Pour en savoir plus sur nos animatrices, rendez-vous ICI


Pour t
out savoir sur les contacts, les tarifs rendez-vous ICI

Stages  :

  • « de l’autobiographie à l’autofiction » – dates à confirmer – animé par Jane Daigne
  • « la nouvelle » – nov/décembre 2019 – animé par Hélène Peyrard
  • « le conte » – janv/février 2020 – animé par Agnès Soulez Larivière
  • « carnet de voyage » – mars 2020 – animé par Jane Daigne

Envie d’écrire ? Venez essayer lors de notre atelier découverte !

sept 2019 -
Si les mots avaient des ailes

Atelier découverte
L’association « Si les mots avaient des ailes » vous propose de participer à son atelier découverte, à la médiathèque de Vélizy le samedi 14 septembre de 9h30 à 12h30. Il sera animé par Hélène Peyrard. Il est gratuit, nous serons heureux de vous y accueillir. Inscrivez-vous, soit à notre stand au forum des associations mi-septembre, soit en téléphonant au 07 83 680 628.

Participer à l’atelier découverte, c’est l’occasion de voir de l’intérieur le fonctionnement d’un atelier d’écriture, de faire ses premiers pas avant de prendre la décision de s’inscrire à nos ateliers pour l’année.

Retrouvez dans l’encadré ce qu’écrit François à propos de l’atelier découverte auquel il a participé l’année dernière :

 


L’atelier découverte


J’entre dans la salle avec un curieux mélange d’excitation, de curiosité et d’appréhension.
Peu à peu, elle se remplit de toutes ces personnes qui, comme moi, viennent découvrir ce qu’est un atelier d’écriture. L’accueil est chaleureux. La décontraction des animatrices contraste avec la crainte de ne pas être à ma place. Dans ma société, je me rappelle que beaucoup s’accordaient à dire que j’avais une belle plume mais je n’ignore pas non plus que je n’ai exercé mes supposés talents que professionnellement et que, aujourd’hui, mes seules lectures sont des revues historiques. Il y a bien longtemps que je n’ai pas lu un roman. Alors, comment saurais-je écrire ?
Le temps consacré aux présentations de chacun dissipe un peu mes craintes. La bonne humeur et les sourires effacent rapidement la peur du ridicule. Venus d’horizons différents, nous partageons le goût de la langue française, l’envie de créer et la volonté d’apprendre.
Je suis le seul homme parmi une dizaine de femmes. Je suis surpris par ce déséquilibre mais il ne me trouble pas.
Ca y est, l’exercice commence. Quelques lignes à rédiger sur des thèmes déroutants. Il faut réfléchir en quelques secondes, faire rapidement travailler son imagination. Finalement, ma main s’anime sur le papier plus aisément que ce que j’aurais imaginé.
Enfin, pour tous, le plus difficile est à venir : livrer aux autres le fruit de ce que le cerveau a généré sur des sujets inattendus mais simples.
Les critiques sont pertinentes, aimables et encourageantes pour chacun. La pression retombe définitivement.
L’année dernière, je m’étais inscrit à un club de photo, un loisir que je pratique depuis bien longtemps. Mais, aujourd’hui, mon choix est fait de façon résolue, je vais me consacrer à raconter des histoires du mieux que je pourrai.
Écrire, juste pour le plaisir. Pour moi et, au mieux, pour le partager.

François

stage « la nouvelle » 3 jours en novembre et décembre 2019

sept 2019 -
Si les mots avaient des ailes

IMG_20190621_110528-bandeau

Tout le monde a entendu parler de concours de nouvelles mais

qu’est-ce qu’une nouvelle ? Qu’est-ce qui la distingue des autres formes de récits ?

La nouvelle est l’art du bref.

C’est une écriture qui se rapproche du croquis en dessin.

André Gide disait : « La nouvelle est faite pour être lue d’un coup, en une fois. »

Pendant ce stage, vous construirez des récits brefs, resserrés autour de peu de personnages, peu d’événements pour un effet plus intense. Dans une nouvelle, pas de longueur, pas de digression, tout doit être efficace et précis.

Vous vous engagerez sur le chemin de la re-lecture, de la ré-écriture pour aller au plus juste, vous travaillerez l’implicite, le non-dit et surtout la fin du récit (fin ouverte ou chute).

Vous découvrirez cette écriture si particulière à travers les textes des nombreux auteurs qui l’ont pratiquée.

L’objectif de ce stage est de vous amener à écrire plusieurs types de nouvelles.

3 jours, répartis en 2 week-ends :

Samedi 30 novembre et dimanche 1er décembre
puis dimanche 15 décembre 2019
de 9h30 à 16h30

Animatrice : Hélène Peyrard (animatrice dans notre association depuis plusieurs années) – voir ici

Tarif : 120€ pour les 3 jours ( 105 € pour les adhérents de « Si les mots avaient des ailes »). Paiement en 2 fois possible
Nombre de participants : 8 à 10
Lieu : Vélizy
Horaires : 9h30 – 16h30  avec pause d’une heure pour le déjeuner (que l’on partagera sur place)

 

 

retour sur notre stage « écrire pour la presse jeunesse »

juil 2019 -
Si les mots avaient des ailes

Stage « Écrire pour la Presse Jeunesse » animé par Olivier Muller

Mai-juin 2019 (voir ici)

DSC03947-r-bandeau

 

 

 

 

 

 

 

 

« Tu ne pourrais pas le rendre plus acteur ton personnage ? Lui imposer plus d’obstacles ? » Les huit participants au stage « Écrire pour la Presse Jeunesse » sont réunis pour trois jours, autour d’Olivier Muller, romancier pour la jeunesse. Il s’agit d’acquérir tous les codes d’écriture qui rendent une histoire accessible plus précisément aux 5-7 ans, lecteurs du magazine « Mes premiers j’aime lire » auquel Olivier Muller collabore.

DSC03896-rr

La recette ne s’improvise pas : il faut une situation de départ avec un héros et son objectif, un élément perturbateur qui survient, des enjeux et des motivations qui vont aider le héros à surmonter les obstacles, pour au final résoudre la situation de crise et sortir de l’aventure transformé. Un exercice de décorticage de plusieurs histoires tirées de « Mes premiers j’aime lire »,  illustre bien toute cette mécanique.

DSC03907-rr

Des propositions d’écriture variées viennent également renforcer le propos et une belle émulation se met en place dans le groupe, pour redonner du sang neuf, à qui est en panne sur son histoire.

DSC03911-rr

Chacun repart avec une trame, voire même un premier chapitre rédigé.

DSC03923-r

Une très belle et enrichissante expérience !

 

 

 

la boiteà mots : été 2019 (consigne)

juil 2019 -
Si les mots avaient des ailes

Voici les  mots de l’été 2019 :

 

  • juillet 2019 :  enchanteur, montagne, attaque, (gâteau, médecin)
  • août 2019 :   panorama, éventail, temps, ( écouter, calme)
  • Et une proposition plus ambitieuse, celle de « dis-moi dix mots » :Cette nouvelle édition est consacrée aux différentes formes de l’écrit : « Dis-moi dix mots sous toutes les formes ».Les dix mots choisis pour illustrer cette thématique sont : arabesque, composer, coquille, cursif/-ive, gribouillis, logogramme, phylactère, rébus, signe, tracé.

    voir le site de « dis-moi dix mots » ICI.


 

Envoyez-nous votre texte, nous publierons ceux qui auront retenu notre attention * sur notre site dans la rubrique la boîte à mots, le jeu  (à retourner au plus tard 2 jours avant la fin du mois  à le-jeu@silesmotsavaientdesailes.fr ).

Pour chaque texte, n’oubliez pas de préciser en première ligne : le titre et le nom de l’auteur (ou pseudo). Merci!


*    voir les règles du jeu ici

LA BOITE A MOTS / LE JEU : AVRIL 2019

juin 2019 -
Si les mots avaient des ailes

Voici les 3 mots d’avril 2019 : rêver, fraternel, animation
______________________________________________________________________________________________________________________

voir les règles du jeu ici
_________________________________________________________________________________________________________________________

Voici les textes que nous avons reçus :
________________________________________________________________________________________________________________________
_________________________________________________________________________________________________________________________

 

La rencontre (Martine)

Hugo vit dans un petit village près de la forêt de Turini. L’enfant aime s’y promener et retrouver les animaux devenus ses fidèles amis au fil des années.
En cette belle matinée ensoleillée, il est allongé au pied d‘un mélèze en train de rêver lorsque, brusquement, ses paupières deviennent lourdes… mais lourdes ! Alors qu’il s’assoupit doucement, un bruissement près de lui l’incite à entrouvrir les yeux. Une biche aux yeux de velours apparaît.
Hugo lui adresse un petit signe de la main et se lève pour la rejoindre. C’est alors qu’un sifflotement inattendu effarouche l’animal qui s’enfuit à toutes jambes au travers de la clairière Un homme surgit vêtu d’une longue redingote et d’un chapeau haut de forme noir.
L’enfant le regarde et lui dit :
– Elle est partie ! Elle a eu peur de toi.
– Ne t’inquiète pas, elle reviendra, lui répond-il d’un ton fraternel. Mais que fais-tu ici tout seul ? Tu ne devrais pas t’éloigner ainsi de chez toi.
– Je ne risque rien, réplique Hugo. Je n’ai que des amis ici.
L’homme sourit puis s’assoit près de l’enfant. Il sort de sa besace une gourde qu’il vide d’un seul trait. En la remettant dans son sac, il sort, malicieusement, un petit Pierrot tout de blanc vêtu, sous les yeux émerveillés d’Hugo.
Intrigué, l’enfant demande :
– Pourquoi tu te promènes avec une marionnette ?
– Tu vois ce Pierrot est mon outil de travail. Grâce à lui je présente des spectacles et je ravis ainsi les enfants…mais aussi leurs parents.
– Tu veux bien me faire un spectacle, rien que pour moi ? implore Hugo.
– Si tu veux, répond l’homme en installant le pantin entre ses doigts.
Soudain, un terrible grondement emplit le ciel, suivit d’un déluge de pluie et grésil. Hugo se pelotonne près du tronc d’arbre alors que l’homme ouvre sa gabardine pour le protéger.
Ils restent ainsi plusieurs minutes, serrés l’un contre l’autre, avant que le ciel ne retrouve sa joie de vivre. Hugo lève les yeux vers l’homme. Ce dernier l’observe et lui dit :
– Trop tard pour le spectacle ! Je dois partir. Mais si tu veux, tu peux venir me voir demain en fin d’après-midi au village de la Bollène-Vésubie. Je ferai mon spectacle à dix-sept heures sur la place de la mairie.
Hugo est dépité mais déjà l’homme se lève, le salue puis s’éloigne sur le sentier.
Un pépiement au-dessus de sa tête interpelle l’enfant. Il ouvre un œil, puis l’autre et constate qu’il est allongé sur le sol sec près du mélèze. Pas de trace de la biche, ni de l’homme…Aurait-il rêvé ?
Au loin, retentissent les bruyantes animations du marché hebdomadaire installé sur la place de l’église. Hugo se lève, fait quelques pas puis se retourne au cas où l’homme au pantin réapparaîtrait. Mais personne ! Il est bel et bien seul…


 

L’étudiant (Colette Kirk)

C’est une partie de l’histoire que seuls les anciens connaissent pour l’avoir vécu.

– Alors ! C’était quand grand-père ?
– Ben ! Je ne me souviens pas exactement, mais à cette époque j’étais jeune, je devais avoir 18 ou 19 ans. J’avais quitté la ferme de mes parents, car depuis mon enfance, mon rêve était d’être médecin et de devenir ensuite académicien. Je croyais que « l’académie » était une maladie grave, aussi j’étais décidé à la combattre et de sauver l’humanité en l’éradiquant. Je me suis inscrit dans une école de médecine à Paris. Je ne sais plus laquelle d’ailleurs et pendant des mois j’ai suivi assidûment tous les cours. Je ne comprenais pas pourquoi les autres étudiants se moquaient de moi quand je leur disais quelle spécialité j’avais choisi.
– Ils devaient te prend pour un petit rigolo !
– Et je l’étais. Aussi lorsque je me suis enfin rendu compte que je « marchais à côté de mes pompes » j’étais tellement déçu et déprimé que j’ai voulu me jeter dans la Seine depuis le Pont Neuf. Heureusement que dans un élan fraternel les copains m’ont retenu. .
– Et après ?
– Comme on était tout un groupe et qu’on remontait le « Boulmiche » d’autres gars se sont joints à nous, puis d’autres encore et même des ouvriers qui réclamaient je ne sais plus quoi. On a même fait des barricades et on s’est affronté avec des CRS. Ah ! Là, je peux te dire, qu’il y avait de l’animation, Ça cognait de tous les côtés. Les pavés volaient dans tous les sens. Et vas-y que je te tape et vas-y que je te matraque Quelle ambiance !
– Et après ?
– Après je ne me souviens plus très bien, j’ai reçu un coup sur la tête et je me suis réveillé à l’hôpital. Depuis il m’arrive d’avoir des absences. Mais attends donc, je crois que oui ! C’est ça, ça me revient, c’était en 68 !

 


 

LA DESSINATRICE CROATE (François)

Elle m’a plu dès que je l’ai vue. Sur l’instant, j’eus la certitude qu’elle serait la mère de mes enfants. Il me serait impossible d’expliquer pourquoi. Certes, elle était jolie mais, au-delà de cela, il émanait d’elle de la grâce, du charme, de la douceur et de la bonté. Elle échangeait une conversation animée avec une autre fille brune, probablement une amie. J’ai immédiatement cherché à définir le pays d’où elles pouvaient venir, Grèce, Turquie, Bulgarie, Croatie, Serbie, Albanie. Elles ne pouvaient provenir que d’un pays bordé par la Méditerranée tant leurs cheveux étaient noirs et leur peau mate. Chacune avait un grand carton vert coincé entre les pieds. J’en conclus qu’il s’agissait d’artistes passionnées, à en juger par l’enthousiasme que révélait leur tête à tête. Je m’efforçai de ne pas trop la fixer malgré ma difficulté à détacher mon regard de ces deux jeunes femmes qui devaient avoir entre vingt-cinq et trente ans, comme moi.
Nous n’étions que tous les trois dans cette salle de classe dont une grande baie vitrée derrière moi donnait sur la rue. J’étais assis à une table tentant désespérément, depuis quelques minutes, de reprendre la rédaction de mon récit tant j’étais troublé.
Et puis, elle a tourné son visage vers moi. Elle n’était plus jolie, elle était belle, sublime. Elle m’adressa un sourire plein de grâce et de gentillesse. Un sourire ravissant que Leonard de Vinci n’aurait sans doute jamais su peindre. J’étais sous le charme et, surpris, j’ai craint de ne lui avoir renvoyé qu’un rictus terne et ridicule.
Pendant qu’elles continuaient leurs débats auxquels je ne comprenais rien, j’abandonnai mes aventures romanesques couchées sur papier pour rêver en survolant les chauds rivages des mers Egée et Adriatique.

Elles se sont embrassées, caressé la joue et ma belle est passée devant moi en m’adressant un joli geste de la main que, présomptueux, j’interprétai comme un au revoir, une invitation à une nouvelle rencontre. Elle ouvrit la baie vitrée.
Je tirai aussitôt ma chaise pour tenter de la retenir mais elle avait déjà disparu dans les petites rues pleines d’animation du quartier latin.

Il me fallait absolument savoir qui elle était, d’où elle venait, ce qu’elle faisait. Je me suis précipité vers la directrice de la bibliothèque qui trônait au bureau d’accueil.
Je devais faire preuve de beaucoup de ruse pour obtenir des informations sans éveiller les soupçons.
– Pardon madame, une jeune fille vient de quitter la salle 3 où j’étais en train d’écrire. Je crois qu’elle vient de temps en temps ici et elle m’a laissé un message auquel je voudrais répondre. Connaissez-vous son adresse ?
– Désolé, mon garçon. Les seules choses que je sache sur elle sont qu’elle suit des cours de dessin, qu’elle est croate et qu’elle habite dans un petit appartement près d’ici. J’ignore où exactement. Mais il est vrai qu’elle est une habituée des lieux.
– Merci, madame. Je reviendrai.
– Avec plaisir, à bientôt.

Elle ne croyait pas si bien dire. Je suis revenu le lendemain, le surlendemain sous prétexte de finir mon roman à peine ébauché. Le week-end me parut être une éternité. Je le passai à sa recherche en parcourant une bonne partie de l’arrondissement depuis la place Saint-Michel jusqu’au bas de la rue Mouffetard après avoir arpenté le boulevard Saint-Germain.
Le dimanche, en fin d’après-midi, place de la contrescarpe, me vint alors une idée que, sans modestie, je jugeai lumineuse : apprendre sa langue.
Fier de moi, je rentrai dans mon studio de la rue Monsieur le Prince et consultai aussitôt internet en quête d’une adresse de cours privés qui, si je la retrouvais un jour, me permettraient de communiquer avec elle.
Je trouvai rapidement ce que je cherchais. C’était près de l’Odéon, à une portée d’arbalète de mon appartement. Je m’inscrivis aussitôt pour des leçons qui allaient commencer dix jours plus tard.
Je profitai de cette semaine pour retourner quotidiennement à la bibliothèque. J’y restais du matin jusqu’au début de soirée. Quelle déception et quelle tristesse !, elle ne franchit jamais le seuil de la porte.

Mais, je m’obstinai.
Les cours commencèrent et j’avoue que j’ai souffert au début. C’est une langue tellement différente de la nôtre, surtout le mouvement des lèvres.
Un mois passa. Grâce à ma volonté et un immense espoir, je progressai assez rapidement, d’après les dires de mon professeur. Nous étions une dizaine à partager son enseignement. Avec des motivations différentes, de tous âges, nous avions tous le désir de réussir ce qui était pour certains une nécessité et pour moi un plaisir qui, toutefois, me procurait beaucoup de frustration.

C’était devenu une sorte de rituel. Tous les jours, je passais devant la baie vitrée de la salle 3 et, peu à peu, le furtif coup d’œil que je jetais à l’intérieur traduisait ma résignation croissante à ne plus jamais la revoir.

Je continuai à suivre les cours de cette langue imprononçable. Au terme de deux mois de travail intense, je me rendis compte que je commençais à la maîtriser suffisamment pour tenir une conversation simple. J’en tirai une inutile fierté.

Un peu désespéré, je passai à nouveau devant la salle 3 de la bibliothèque et tournai la tête vers la droite comme un automate.
Mon Dieu ! Ma ténacité était enfin récompensée.
Elle était là penchée sur des feuilles de dessin, la main appliquée à illustrer un paysage de ville fortifiée en bord de mer.
Je ne sais si j’ai souri ou pleuré, sans doute les deux.
La baie était fermée de l’intérieur.
Alors, j’ai fait quelques mouvements de bras, j’ai sautillé tel un gosse pour attirer son attention.
Le soleil derrière moi m’a considérablement aidé en projetant mon ombre agitée sur le sol devant elle.
Elle se tourna vers la fenêtre et, gênée par la lumière, elle plissa ses beaux yeux verts qu’elle écarquilla aussitôt avec un magnifique sourire qui me parut traduire une joie sincère.
D’un geste de la main, elle m’invita à la rejoindre. Mon bonheur dut se lire sur mon visage car elle m’exhorta à plus de rapidité.

Dès que je suis entré dans la salle, elle se leva et se dirigea vers moi pour m’enlacer chaleureusement. Je la serrai dans mes bras en cherchant, en même temps, à lui transmettre mon bonheur de la revoir et à marquer une convenable retenue. Aussi, mon étreinte fut presque fraternelle.

D’un geste gracieux, elle m’invita à m’asseoir près d’elle et me montra ce qu’elle esquissait de sa ville natale. Je reconnus rapidement la citadelle de Dubrovnik que j’avais souvent visitée sur Google Earth pendant toutes ces semaines où je m’étais nourri de la culture de son pays.
Elle posa son crayon et s’adressa à moi dans sa langue. Je réussis à comprendre que c’était un projet important pour elle commandé par l’ambassade de Croatie. Je l’en félicitai par de vifs applaudissements.

Et puis, nous nous sommes présentés. Ana, Martin.
Nous avons échangé longuement sans souci de l’heure. Je m’efforçai de pratiquer au mieux pour la première fois ce que j’avais appris mais, parfois, à son large sourire amusé, je me rendais compte que je commettais des fautes.
Gentiment, elle me corrigeait. Elle s’exprimait lentement.

Lorsque, à la demande de la directrice, nous avons dû quitter les lieux, sur le trottoir, je lui ai pris la main. Je n’ai même pas réfléchi, c’était une évidence.
Non seulement, elle accepta mon geste mais encore elle serra la mienne avec beaucoup de tendresse.

Voilà, tout cela s’est passé il y a trois ans.
Aujourd’hui, nous sommes tous les deux penchés sur le berceau de notre petite fille aussi belle que sa Maman, Teadora,
Dans quelques mois, chez nous, Tea apprendra deux langues, le français pour parler avec moi et, pour communiquer avec Ana, celle que j’ai eu tant de mal à apprendre, la langue des signes.

 


 

Un jour gris (Camille)

C’est un jour gris sur le calendrier. Aujourd’hui je ne me réveillerai pas. La sonnerie matinale de la boîte à tic-tac ne me sortira pas de mon rêve. Tic-tac, tic-tac, tournent les aiguilles, je ne me lèverai pas. Les douze chevaux du voisin ne viendront pas me tirer du sommeil. Ils dorment dans leur écurie métallisée comme tous les bourrins du quartier.
Ce matin tout est endormi. Dans une bienveillance fraternelle, chacun veille sur le sommeil de l’autre. C’est un jeu où le premier qui bouge aura un gage. Un deux trois soleil, le voilà qui se lève dans son voile rose. Et voilà le merle qui s’autorise à rompre le silence. « Le monde est à ceux qui se lève tôt ! » Chante-t-il en déployant toute l’énergie de sa petite gorge noire. Je m’éveille au son de cette douce mélodie, aux premières lueurs du jour. Le gage sera pour lui. Le ténor au bec jaune devra chanter chaque matin jusqu’à la fin de l’été.
On entend une sirène au loin, la voisine commence à s’agiter. L’animation de la rue, la vie s’invitent dans ces premières heures paresseuses. Le vent apporte la douceur des jours anciens, l’appel des cloches dans le lointain. L’église n’est pas si loin. Et si l’on allait à la messe dans ce jour de paresse ?

C’est une jour gris sur le calendrier, c’est un jour férié. Sans réveil, je m’éveille à la beauté de cette journée.


 

Repos d’après repas (Monique)

La sieste est un art, celui de l’inaction.
Nul besoin d’être virtuose dans le maniement de l’archet ou du pinceau, d’édifier avec maestria palais, châteaux ou cathédrales, de modeler de gracieux visages d’argile, de rédiger poèmes et pamphlets…
Rien de tout cela pour une bonne sieste, juste un frugal repas et un emploi du temps élastique.

En hiver, dans le salon, calée dans le canapé à l’odeur de cuir patiné, défoncé par les ans, usé et décoloré par les caresses, le dos soutenu par d’épais coussins, les pieds posés l’un sur l’autre sur la table basse du salon, je plonge dans la rêverie. Le cocon est douillet, dehors un vent glacial souffle dans les branches dépouillées.

Aux beaux jours, c’est vautrée dans le transat, à l’ombre de la tonnelle, que je me plais à rêver. Tout est silence. Les oiseaux se sont tus, eux aussi doivent profiter de la quiétude du début d’après-midi.
Le banc du jardin public me parait moins propice à l’assoupissement. Au loin les coques vides des bateaux, navires désertés, balancent gentiment en attendant leurs jeunes équipages. Assise, le corps plié en deux, façon angle droit, la tête dodeline de bâbord à tribord et finit par basculer lourdement en avant, menton sur la poitrine. Alors le réveil est brutal. Seule une épaule fraternelle peut rendre la place aimable.
C’est pourquoi, je préfère, si le règlement l’autorise, m’allonger dans l’herbe fraiche, mains croisées sous la nuque, à tutoyer pâquerettes et boutons d’or.
L’endroit est encore calme, point d’animation. Dans une heure, une horde de marmots joyeux et braillards investira les lieux.

Ici ou ailleurs, l’esprit finit par s’abîmer dans d’agréables rêvasseries, les yeux par papillonner. Le livre, compagnon des premiers instants, se referme doucettement. La respiration se fait régulière, la pénombre bienfaitrice. J’oscille entre rêve et réalité comme un funambule sur son fil, entre audace et crainte, entre équilibre et chute.

Enfin, je m’évapore.

Le monde peut bien s’agiter hors des murs, derrière la grille du jardin, je flâne dans ma tête, mais c’est bien de flâneries que naissent les livres !


 


Nous remercions les auteurs et rappelons que les textes leur appartiennent. Toute reproduction est interdite.


la boite à mots : juin 2019 (consigne)

juin 2019 -
Si les mots avaient des ailes

Voici les 3 mots de juin 2019 :  retour, hippodrome, souffler

Envoyez-nous votre texte, nous publierons ceux qui auront retenu notre attention * sur notre site dans la rubrique la boîte à mots, le jeu  (à retourner au plus tard 2 jours avant la fin du mois  à le-jeu@silesmotsavaientdesailes.fr ).

Pour chaque texte, n’oubliez pas de préciser en première ligne : le titre et le nom de l’auteur (ou pseudo). Merci!


*    voir les règles du jeu ici

la boite à mots : mai 2019 (consigne)

mai 2019 -
Si les mots avaient des ailes

Voici les 3 mots de mai 2019 :  école, opéra, papier

Envoyez-nous votre texte, nous publierons ceux qui auront retenu notre attention * sur notre site dans la rubrique la boîte à mots, le jeu  (à retourner au plus tard 2 jours avant la fin du mois  à le-jeu@silesmotsavaientdesailes.fr ).

Pour chaque texte, n’oubliez pas de préciser en première ligne : le titre et le nom de l’auteur (ou pseudo). Merci!


*    voir les règles du jeu ici