Sorties

mai 2017 : sortie à l’arboretum de la vallée aux loups

mai 2017 -
Si les mots avaient des ailes

 

dimanche 14 mai après-midi nous étions à l’ arboretum de la vallée aux loups, pour un atelier « hors les murs » animé par Dominique

« L’arbre est là, il est partout, il m’intrigue, il me nourrit », disait Aimé Césaire

De leurs racines profondes aux dernières feuilles du bout de leurs branches, les arbres sont le lieu de la vie, des saisons qui passent et les transforment, de la mémoire.  Depuis les temps les plus anciens, ils sont symbole de force, de sagesse, de fertilité, de protection. Étonnants, émouvants, enchanteurs, magnifiques, ceux de l’Arboretum nous invitent à la déambulation. A la suite de quelques auteurs, entrons dans leur royaume, laissons-les nous inspirer…

Notre atelier, en images :

 

atelier « Microscopie du banc »

juin 2016 -
Si les mots avaient des ailes

Un banc, objet si banal qu’il en devient transparent.

Un banc, point d’observation, lieu en retrait du quotidien, en retrait du flot des autres.

Un banc d’où le spectacle de la ville s’expose.

Un banc pour une rencontre avec soi-même ou un autre.

Un banc, lieu où quelque chose d’inattendu peut se passer.

 

Le 31 mai et le 7 juin 2016, nous avons glissé nos ateliers dans l’exposition « Microscopie du banc » organisée par Micro-Onde, le centre d’art de l’Onde. Nous y avons été accueillis par Géraldine Miquelot, chargée de production et de projets pédagogiques.

Nous avons eu de la pluie et écrit à l’intérieur, dans l’espace d’exposition du Micro-Onde, face aux photos ; regards d’artistes photographes sur l’objet banc et ce qu’il donne à voir.

Nous avons eu du soleil et écrit à l’extérieur, assis sur les bancs créés à cette occasion et exposés dans la ville.

Deux météos bien différentes pour aborder cette exposition en semi-plein air, des ressentis bien différents aussi :

Banc pluvieux (mardi 31 mai)

Maussade, la séance s’annonce. Le temps n’y est pas. Nous écoutons les préambules de Géraldine Miquelot qui nous donne des cadres et des repères, pour regarder l’exposition et la sentir, la ressentir, peut-être ?

Malheureusement, en sortant du théâtre, le temps nous oblige à sortir les parapluies ou mettre les capuches. Avec cette pluie suivre les flèches pour trouver les bancs qui devraient nous ouvrir des horizons est plutôt malaisé et il s’avère impossible de s’y installer pour écrire. Nous rentrons à l’Onde nous mettre à l’abri.

De retour au sec nous nous asseyons sur des bancs pour entendre la proposition d’écriture, puis nous nous dispersons sur le site pour trouver notre place. C’est maintenant au dedans de soi qu’il faut rentrer pour écrire…

Banc radieux (mardi 7 juin)

Un banc, ça sert avant tout à s’asseoir, mais ce peut être aussi le prétexte à une exposition, une réflexion. Et comme le soleil était de la partie, c’est avec plaisir que nous sommes sortis de l’Onde pour aller découvrir les bancs insolites dispersés dans le quartier.

Auparavant, l’écoute de la nouvelle de Zoyâ Pirzâd, le banc d’en face, nous avait rappelé que s’asseoir sur un banc peut être le départ d’une rêverie, le début d’une histoire, le passage dans un autre monde.

Chacun d’entre nous a choisi son banc, observé, et s’est lancé dans la rédaction du thème du jour, autour du banc, naturellement. Chacun en a tiré un texte, drôle, poétique ou sentimental. Chacun sauf Annette : une femme s’est assise à côté d’elle et lui a raconté sa vie. Pas de texte pour Annette mais une belle anecdote, le banc, lieu de toutes les confidences.

Bref, nous n’avons pas perdu notre temps « à s’asseoir sur un banc cinq minutes avec soi et regarder les gens tant qu’y en a…. » (d’après Mistral gagnant, Renaud)

 

Nous remercions le Centre d’Art de l’Onde et plus particulièrement Géraldine Miquelot pour son accueil chaleureux. Le programme des expositions de l’année prochaine nous permettra certainement de renouveler l’expérience pour des ateliers « différents ».

 

Un après-midi chez Rodin

juin 2016 -
Si les mots avaient des ailes

Samedi 4 juin, nous voilà chez Rodin, dans sa maison de Meudon où il vécut ses vingt dernières années de 1897 à 1917. Notre mission, visiter le musée attenant, rempli des plâtres du maître, et  tenter ensuite de mettre par écrit, en prose poétique, notre ressenti. Top chrono, vous avez 45 mn.

Assis sur son piédestal, le penseur nous observe. Peut-être aimerait-il lui aussi prendre la plume et dire ce qu’il pense de son auteur qui l’a condamné à penser éternellement. On cogite, on s’agite et enfin, chacun(e) de notre petit groupe de huit livre sa prose, poétique pour certains (consigne respectée), un peu moins pour d’autres. Et surtout, des ressentis très différents selon les participants, avec une palette allant de l’enthousiasme à la détestation. Mais Rodin n’a laissé personne indifférent et il nous a donné l’occasion de passer un excellent moment, avec échanges nourris et éclats de rires.

Un après-midi romantique à la Maison d’ELSA TRIOLET ET ARAGON

mai 2016 -
Si les mots avaient des ailes

Le 21/05/2016 à la Maison d’ELSA TRIOLET ET ARAGON :

 

Un soleil magnifique,
Un départ dans le mauvais sens,
Une découverte de ce petit village du 78,
Une merveille de végétation,
Une envie de découvrir très vite ce cocon,
Une guide passionnée et imprégnée de ces personnages,
Une attention très forte des visiteurs,
Il est 16 heures la visite est finie ou presque …..
9 filles vont déguster petits gâteaux et jus de fruits,
Se réapproprier la vie de ces illustres propriétaires,
Lire des poèmes d’Aragon, parfois les chanter,
Découvrir Elsa Triolet,
Commentaires, comparaisons, critiques, mais ….
Aucune envie d’écrire !!
Nous repartons toutes ravies de cette escapade et prêtes pour une autre !

 

Suite à l’inondation qui a touché la maison Elsa Triolet-Aragon le 31 mai, nous avons relayé l’appel à solidarité lancé par son directeur.

Une collecte a été lancée lors de notre après-midi de lecture de fin d’année, 75€ ont été réunis et remis le 4 juillet à l’accueil, voici le lettre qui accompagnait ce dons collectif :   lettre-soutien-Aragon

Ci-dessous la lettre de remerciements reçu suite à notre don.

img004

sortie : Carambolages

avr 2016 -
Si les mots avaient des ailes

mercredi 27 avril 2016 : Nous étions 6 à nous retrouver pour l’exposition Carambolages au Grand Palais

Exposition hors normes dans laquelle on ne déambule pas en silence ! Ici le jeu est à l’honneur et la discussion entre visiteurs se fait naturellement.

Un autre regard sur l’art, en somme.

 

Sortie fantastique au petit palais

jan 2016 -
Si les mots avaient des ailes

Sortie fantastique au Petit Palais

L’estampe fantastique au 19e siècle, tel était le thème d’une exposition qui s’est tenue au Petit Palais à Paris jusqu’au 17 janvier. Une dizaine d’entre nous s’est retrouvé début janvier pour déambuler dans les salles de cette superbe exposition qui comptait deux volets : (voir le site du petit palais ici)

  • Les estampes du maître japonais Kuniyoshi, étourdissantes de couleurs et de détails, qui nous plongent dans un univers peuplé de démons ou d’êtres légendaires inspirés des légendes et du théâtre japonais. Mangas et tatouages ont par la suite largement puisé leur inspiration dans l’œuvre de cet artiste.
  • Les estampes et gravures en noir et blanc des maîtres européens du genre, Goya, Redon, Delacroix, Doré, Grandville pour ne citer que les plus réputés. S’offrait aux visiteurs une surprenante plongée dans nos cauchemars, nos mythes, notre peur de la mort, des démons et du surnaturel.
Read More…
museeRodin_modifié-dd

Réflexions…

juin 2015 -
Si les mots avaient des ailes

L’année 2014-2015 a été bien remplie, riche en nouveautés, en projets, en sorties, en rencontres, en réflexions.

Suite au départ de Jane Daigne, l’association a accueilli deux nouvelles animatrices : Hélène Peyrard pour l’atelier du mardi et Agnès Soulez Larivière pour celui du jeudi.

Des ateliers dedans et dehors 

Chaque atelier a proposé 18 séances dans l’année, de fin septembre à fin juin, hors vacances scolaires.

Mais aussi, une visite de l’exposition Niki de Saint Phalle (voir notre article d’avril) et un atelier « hors les murs » au musée Rodin à Meudon.

Read More…

GWENDOLYN

juin 2015 -
Si les mots avaient des ailes

Par Christine Passot

C’est un rêve qui inspira cette création nouvelle…

C’est le matin. Face à la fenêtre, je sens monter en moi la joie du soleil.
Je respire, je m’étire, je grandis
Je rêve que je sors de la terre.
Je suis de la pâte à ballon.
Sous la pression de l’air, je gonfle, je GONFLE,
Livrant peu à peu mes secrets colorés.
De mon unique pied, incertaines sont encore mes couleurs.

Read More…
NIKI-DE-SAINT-PHALLE-NANAS

atelier d’écriture NIKI de SAINT PHALLE

avr 2015 -
Si les mots avaient des ailes

En janvier, nous sommes allés visiter l’expositon NIKI DE SAINT PHALLE au Grand Palais à Paris.

Agnès nous avait préparé une proposition d’écriture :
« Choisir une des œuvres et imaginer ce qu’aurait pu en dire Niki de Saint Phalle. »

Voici ce que Christine a imaginé pour – GWENDOLYN –

Read More…